Connaitre l’histoire automobile

J’aime l’automobile, c’est une véritable passion.

J’aime l’automobile pour son histoire qui est riche d’aventures variées : l’aventure des pilotes de course qui repoussent les limites de l’homme et de la machine sur des circuits mythiques, l’aventure technique que représente leur conception, les aventures artisanales et industrielles quant à leur fabrication et enfin les aventures vécues lorsqu’on est à leur volant.

Je pourrais étayer chacune des aventures citées ci-dessus avec des histories magnifiques : L’histoire de Niki Lauda et de James Hunt, l’histoire de Matra et de ses avancées techniques avec le moteur V10, l’histoire de Giovanni Agnelli, fondateur de FIAT et digne représentant de la sprezzatura, ou l’histoire du grand oncle qui lestait sa Dauphine d’un sac de sable pour redonner de l’adhérence à ses roues avant. Nous y reviendrons surement mais ce n’est pas le sujet de ce billet.

En effet, j’aimerais plutôt attirer votre attention à la connaissance de l’histoire en soi et son influence sur votre passion.

Si vous êtes mon lecteur, il est probable que nous partagions la passion de l’automobile. Ainsi lors de discussions entre collègues ou amis, vous avez certainement déjà exposé vos centres d’intérêt et peut être remarqué les moues surprises ou dédaigneuses de vos interlocuteurs lorsque vous évoquiez votre penchant pour l’automobile. Il n’y a là rien d’étonnant : ce qui est synonyme pour vous d’aventures extraordinaires résonne à leur oreilles comme l’amour incompréhensible pour un objet totalement utilitaire. Vous êtes au même niveau que cet adepte du tuning qui hante les parkings du supermarché les samedis soirs ; ils sont ces personnes modernes et responsables qui n’utilisent leur monospace diesel que pour partir en vacances dans le sud ou aller voir la mer au début des beaux jours. En effet, ils prendraient bien le train, mais l’absence de transports en commun à la Baule rend les déplacements trop compliqués. Et ils ont raison ; concernant leurs besoins en tout cas.

Mais le salut reste encore possible, une échappatoire existe pour limiter les dégâts : la connaissance l’histoire. C’était évident à vos yeux mais pas aux leurs. Et puis vous commencez à leur donner des exemples : Pour eux Ferrari est une marque de personnes riches qui souhaitent se mettre en avant avec des voitures bruyantes à la couleur rouge criarde. Vous expliquez la vie d’Enzo Ferrari et de la Scuderia, que ce grand compétiteur a fabriqué ses propres voitures pour dépasser les Alfas sur lesquelles il avait ses habitudes, puis à revendre ses voitures pour se financer et que cette marque possède donc une légitimité et une histoire forte dans le monde de la course. Vous tentez une sortie magistrale en évoquant les liens étroits avec le monde de l’Art grâce à au sculpteur Rembrandt Bugatti qui réalisera l’éléphant du bouchon de radiateur de certains modèles de la marque. Votre interlocuteur aura certainement plus entendu parler du Spirit of Extasy se trouvant sur les Rolls-Royce, mais le nom de Rembrandt le fait penser au peintre néerlandais du 17ème siècle, il est alors impressionné et troublé.

Dans son esprit vous venez de délaisser les parkings de supermarché avec votre R19 Chamade à néons et vous venez de lui faire gouter aux plaisirs d’une promenade dans les sièges en cuir (avachis mais confortables) d’une Jaguar. Il ne sera probablement pas votre compagnon de sortie sur circuit harnaché dans le baquet d’une pistarde, mais il se montrera certainement plus compréhensif.

J’aime l’automobile et son histoire, elle me passionne et je suis convaincu qu’elle peut en passionner beaucoup d’autres.

 

logo

 

Laisser un commentaire