La place de l’innovation

Nous sommes en 1889 et Blanche-Augustine-Angèle Soyer, plus connue sous le pseudonyme Baronne Staffe, vient de publier Usages du monde : Règles de savoir vivre en société moderne. Ce livre connait un franc succès auprès des jeunes femmes qui en appliquent au mieux les préceptes dans l’espoir d’un bon mariage. Sur le sujet de l’automobile, la Baronne Staffe prend fermement position contre cette « mode ».

 

Je me déclare ennemie de l’automobile qui, malgré tous les perfectionnements, n’aura jamais la grâce, l’allure d’une belle voiture attelée de chevaux bien dressés (…) Ce grand chic passera de mode, grâce à Dieu…

Baronne Staffe – Usages du monde

 

Plus d’un siècle plus tard, force est de constater que l’automobile a supplanté l’usage de la voiture attelée. Loin de me moquer du manque de clairvoyance de la Baronne qui n’a pas su voir l’émergence de l’innovation majeure du 20ème siècle, je m’interroge : Aurais-je deviné l’essor de l’automobile ou me serais-je contenté de les discréditer ? Nous qui aimons l’art du vêtement et de ses codes, nous qui adulons certains modèles de voiture anciennes ; restons-nous sensibles à l’innovation contemporaine ? Sommes-nous des vecteurs de cette innovation ?

Vous remarquerez que la Baronne compare l’auto à l’attelage sur des critères de grâce et d’allure. En 1889, elle avait raison. Avec leurs formes et leurs techniques de fabrication sont empruntées aux voitures attelées, les automobiles semblent bancales : il leur manque un attelage.

Première voiture à moteur Daimler en 1886
Première voiture à moteur Daimler en 1886

 

A cette époque, les automobiles sont bruyantes, sales, peu performantes et capricieuses. Seule son utilisation massive donnera lieu à une amélioration itérative qui lui permettra de surpasser les qualités des attelages. Mais aurions-nous fait parti de ces pionniers qui ont poussé son essor ?

Je parlais avec un ami de voiture électrique. Ayant pu en essayer, je m’enthousiasmais pour ces sensations nouvelles qu’elles procurent : silence, forte poussée du couple, centre de gravité bas, etc. Pour lui, il manquerait toujours le bruit et l’odeur ; pour moi, elles ne sont pas comparables. Pour autant, aucun de nous n’est assez audacieux pour s’investir pleinement dans le développement de ce qui semble être l’avenir de l’automobile, nous possédons tous deux une voiture bruyante et odorante !

Elon Musk, le père des voitures Tesla se complaît dans l’usage de l’expression « innovation disruptive » pour décrire le gouffre qu’il est en train de créer avec ses concurrents. Le duc de Windsor Edouard VII n’a probablement pas été atteint d’une telle logorrhée lorsqu’il a créé le nœud de cravate Old Bertie, pourtant il s’agit d’une de mes plus belles trouvailles de ces dernières années !

Restons à l’écoute et sachons reconnaître l’innovation que vous soyez créateur d’un nœud de cravate ou du moyen de transport du prochain siècle. Le dandy est parfois excentrique et peut se complaire dans l’impertinence, je suis convaincu que ces traits de caractères sont des qualités pour l’innovation. Ne soyons pas figés dans une niaise complaisance du passé, soyons vecteur d’une innovation belle, élégante et vive!

 

logo

 

 

 

 

Crédits photographiques:

Première voiture à moteur Daimler – https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b7/Stuttgart-cannstatt-daimler-kutsche-1886.jpg

Laisser un commentaire