Les bagagistes et l’automobile

Au 19ème siècle le voyage relevait d’une grande aventure plus que d’un simple déplacement. Les malletiers de l’époque conçurent des bagages résistants aux différentes contraintes imposées par le voyage en train ou en bateau. Avec l’essor de l’automobile au début 20ème siècle, ils ont dû adapter leurs modèles à ce nouveau moyen de transport : dimensions plus réduites, formes empruntées au galbe de la voiture, protection de la carrosserie, etc.

Goyard, Louis Vuitton et Moynat, nos trois malletiers nationaux sont alors le fer de lance de cette révolution du baguage.

En 1899 Moynat a créé ses premiers nécessaires de voyage pour l’automobile. Trois ans plus tard le malletier dépose cinq brevets pour sa malle limousine au fond incurvé qui épouse l’arrondi du toit de la voiture. Par la suite, ils utilisent des talonnettes qui surélèvent les malles, évitant la détérioration des carrosseries et assurant une circulation d’air supprimant l’humidité entre le toit et le bagage. En 1914, les formes des malles épousent les formes des automobiles. En 1927 Moynat créé une malle à chargement latéral. Les innovations se succèdent au fur et à mesure du développement de l’automobile et des nouvelles contraintes qui apparaissent.

Malle limousine de 1902
Malle limousine de 1902
Malle à chargement latéral de 1927
Malle à chargement latéral de 1927

Tout au long du 19ème siècle Goyard propose de nombreux articles destinés aux déjeuners champêtres. Une tradition que l’essor de l’automobile au début du 20ème siècle ne fera que consacrer davantage. Goyard travaillera directement avec les carrossiers afin de concevoir malles, paniers et nécessaires ergonomiques s’adaptant aux spécificités techniques et esthétiques de chaque véhicule.

Goyard perpétue cette tradition avec son prix pique-nique lors du Chantilly Art & Elégance dont nous parlions dans l’article sur les concours d’élégance. Néanmoins les sets à pique-nique sont un sujet à part entière que nous approfondirons plus tard.

Louis Vuitton a aussi conçu de nombreux bagages spécifiques à l’automobile comme la malle auto grand tourisme Excelsior en 1923. Le lien intime qui relie la maison parisienne au monde de l’automobile est raconté dans l’ouvrage Louis Vuitton et l’élégance automobile disponible ici. Il traite des premiers pas de Louis Vuitton dans ce domaine jusqu’au Louis Vuitton Classic dont le dernier remonte à 2012.

Affiche pour la malle Excelsior en 1923
Affiche pour la malle Excelsior en 1923

Une collaboration beaucoup plus récente entre Louis Vuitton et BMW offre à l’i8 un magnifique set à bagage en utilisant le même matériau qu’il s’agisse du châssis de la voiture ou des bagages : le carbone !

2 fausses places arrières perdues contre un joli set à bagage
2 fausses places arrières perdues contre un joli set à bagage

 

Hermès et Bugatti avaient signé la Veyron Fbg (pour Faubourg de Faubourg-Saint-Honoré évidemment). Habitacle, sellerie et set à bagages.

On notera aussi la fabuleuse 2cv Hermès présentée lors du salon de l’auto de Paris 2008 pour les 60 ans du modèle. La capote en plastique a été remplacée par une toile tissée et les éléments de l’habitacle sont gainés de cuir. Un exemplaire de gout qu’on n’emmène pas à la pêche et qu’on confie encore moins à sœur Clotilde (cf. Louis De Funès).

Une grande sobriété qui n'enlève rien au luxe de cette réalisation
Une grande sobriété qui n’enlève rien au luxe de cette réalisation

 

Les projets de collaboration entre marque automobile et grande maison se diversifient en délaissant l’univers des bagages, à l’instar d’Hugo Boss et de Mercedes AMG Petronnas qui travaillent sur des tenus pour pilote alliant confort, style et technologie dans les conditions extrêmes propres au sport automobile. De même, Audi et Prada s’associent pour du sponsoring de projets culturels et sportifs.

La beauté du bagage et l’invitation au voyage laissent place à l’image de marque et au marketing.

 

logo

Laisser un commentaire