Ralph Lauren et sa collection privée

Connu pour sa marque de luxe éponyme et figure emblématique du style preppy, Ralph Lauren est un gentleman américain passionné d’automobiles.

En 2011, une magnifique exposition au musée des arts décoratifs à Paris permet de prendre conscience de la beauté de sa collection. Ce sont 17 voitures de 1929 à 1996 qui retracent une histoire  de l’automobile sportive. Le livre catalogue n’étant plus disponible, il faudra vous contenter d’un pdf de deux petites pages .

Ralph Lauren et sa SSK comte Trossi
La SSK comte Trossi et une boucle de ceinture laide

 

Un art en mouvement

Enfant, il est attiré par les voitures mais ses parents n’ont ni les moyens d’une voiture à pédale, ni d’un modèle réduit. A 23 ans il achète d’occasion une Morgan +4 de 1961, c’est sa première voiture. Et comme tout véritable propriétaire de Morgan, il rentre chez lui capote baissée malgré les températures fraiches de New-York à cette époque. Vendue trop tôt pour pouvoir emménager avec sa femme dans un appartement, il rachètera une Morgan dès que ses finances l’en permettront. Avec sa veste en tweed, il s’accapare une image que ses clients apprécient à l’opposé des autres commerciaux en costume noir. Il possède encore cette Morgan de 1966.

L’idée du rêve et du désir est omniprésente : on ne peut pas le qualifier de collectionneur mais plutôt de passionné.

« Je ne me définis pas comme un « collectionneur de voitures ». Je ne les ai jamais envisagées comme des objets que je possède, mais plutôt comme une partie vivante de moi-même. Il s’est toujours agi pour moi de monter dans la voiture, tourner la clé et partir… Je vis mes voitures comme de l’art en mouvement. »

extrait du livre L’Art de l’automobile. Chefs-d’oeuvre de la collection Ralph Lauren

 

Un passionné des automobiles

Nul besoin d’un long chapitre pour argumenter en sa faveur et vous convaincre de sa passion automobile, la simple vue de sa collection (ou du pdf si vous êtes moins chanceux) ne laisse aucun doute.

Quant à l’éternel débat qui divises les propriétaires d’anciennes sur le respect de l’état d’origine lors d’une restauration, il a tranché : ses voitures sont restaurées état-concours notamment pour des raisons de fiabilité mais l’authenticité est le maître-mot. Ainsi il trouve le rouge de son Alfa-Romeo trop brillant mais c’est la couleur d’origine retrouvée par le restaurateur sous cinq couches de peinture. Les puristes seront rassurées de savoir que toutes ses voitures sont fréquemment utilisées et non pas juste mises sur un piédestal.

Rutilante, mais d'origine!
Rutilante, mais d’origine!

« Je ne les considère pas comme des objets merveilleux que je posséderais et que les autres viendraient admirer. Je les conduis et m’en sers pour me promener avec mes enfants. En fin de compte, je leur fais retrouver leur véritable nature. »

extrait du livre L’Art de l’automobile. Chefs-d’oeuvre de la collection Ralph Lauren

 

Ralph Lauren posant devant sa Mclaren F1 LeMans
Ralph Lauren posant devant sa Mclaren F1 LeMans

 

Une source d’inspiration

Ralph Lauren a su créer des liens entre le monde de l’automobile et celui du style masculin à l’exemple de sa montre Automotive Watch inspirée du tableau de bord de la Bugatti Atlantic. Prises d’air, rangée de rivets ou garnitures en cuir, les solutions techniques deviennent des idées de design. Il crée aussi un fauteuil en fibre de carbone inspiré de Mclaren F1 LM.

La montre inspirée du tableau de bord de la Bugatti Atlantic
La montre inspirée du tableau de bord de la Bugatti Atlantic
La version skeleton
La version skeleton

 

Le RL Mag disponible en ligne met fréquemment à l’honneur de belles automobiles comme la Jaguar XKSS

Sur le plan vestimentaire Ralph Lauren est une personne élégante malgré des choix qui ne vont pas forcément de pair avec sa morphologie : il arbore souvent des costumes croisés malgré ses larges épaules et son mètre soixante-huit (cf photo en tête de l’article).

Il joue parfois la carte de la décontraction à l’américaine : du gentleman farmer au cowboy. Seul le port du col-roulé devrait lui être interdit car ça tasse sa silhouette, surtout sous un blazer ou veste croisée.

En gentleman farmer
Élégant en gentleman farmer
Ou en fermier
Ou en fermier

Au début, on me disait souvent : « Mais Ralph, tu viens du Bronx, tu te prends pour qui ? Pour un cow-boy, pour un gentleman-farmer anglais ? » Je répondais : « L’Amérique s’est faite avec des rêves. »

extrait lemonde.fr

 

Chic populaire sans luxe apparent, mais toujours original et soigné.

 

logo

Laisser un commentaire