Promenade sartoriale à Istanbul

Il y a quelques mois, je tombais par hasard sur cet article de blog parlant d’un tailleur de chemises à Istanbul. Le billet datant de 2008, je m’étais promis de lui rendre visite lors d’une de mes virées turques car je craignais que les années aient raison de cet artisan et de sa boutique.

Installé pour quelques jours dans le quartier de Beyoğlu (on ne prononce pas le « g » lorsqu’il a son accent), j’étais donc à une dizaine de minutes de marche de sa boutique.

En chemin, je jette un petit coup d’œil sur ce qui semble être un atelier souterrain : Il s’agit d’un fabricant de ceintures en cuir qui m’invite à prendre le thé et découvrir son métier. Ce premier arrêt tombe vraiment bien, j’avais besoin d’une ceinture noire pour aller avec mes pantalons qui refusent toute association avec une ceinture marron tel un chino rouge.

J’en remarque une qui me plait beaucoup, malheureusement elle fait partie d’une commande et n’est pas disponible à la vente unitaire. Après avoir tourné quelques plans avec ma caméra et terminé mon thé, je tombe finalement sur un modèle marron en nubuck avec surpiqure en 35mm. Ce n’est pas ce que je cherchais, mais je la trouve très jolie et elle semble de bonne qualité.

Je continue donc mon chemin dans cette rue extrêmement pentue pour atteindre Istiklal caddesi, la rue la plus connue d’Istanbul et entièrement piétonne. L’atelier de Celalettin Benli (le « c » se prononce « dj ») est situé dans une ruelle perpendiculaire. Quel soulagement lorsque je constate que le magasin existe encore ! J’entre immédiatement le sourire aux lèvres et il m’accueille très gentiment.

Celalettin BENLI dans son atelier-boutique
Celalettin BENLI dans son atelier-boutique

Evidemment je ne tiens pas longtemps avant que nous nous lancions dans la réalisation d’une chemise sur mesure : Elle sera faite d’un tissu entièrement blanc, avec un col cutaway et se terminant par des poignets mousquetaires. Monsieur Celalettin prend mes mesures et je m’assoie dans un coin sirotant le thé qu’on vient de m’apporter. J’hésite : les tissus bleus avaient aussi un touché très agréable, adieux les pulls avec des poignets mousquetaires, etc. Ma seule certitude c’est le choix du col. Un cutaway, c’est rare en France et ça m’attire depuis un moment, je ne reculerai pas. Monsieur Celalettin coupe court à mes pérégrinations lorsqu’il me montre son carnet rempli de commandes pour des clients étrangers. Les français sont assez présents et ses soixante années d’expérience dans la chemise me rassurent. Je sors ma caméra et commence à filmer son travail. Le silence de l’atelier-magasin contraste avec l’effervescence de la rue piétonne, on n’entend que ses énormes ciseaux couper les différents bouts de tissus.

Quittant Istanbul le lendemain, ma chemise sera envoyée. Je repars donc sans avoir senti le temps passer vers un troisième arrêt tout aussi intéressant : un tailleur de costumes qu’il vient de me conseiller.

Toujours situé dans une ruelle perpendiculaire à Istiklal, l’atelier de confection de costumes sur-mesure reste plus difficile à trouver puisqu’il faut se rendre au quatrième étage d’un immeuble. J’arrive hésitant devant la porte, mais je suis rapidement mis à l’aise et on me conduit vers un petit salon où nous discutons autour d’un thé. On me présente les échantillons de tissus, principalement Dormeuil importé d’Angleterre.

Costume grande mesure TERZI
Costume grande mesure TERZI

Je ne suis pas tailleur et ne possède donc pas la connaissance pour juger le montage des vestes, néanmoins elles ne sont pas thermocollées et tout est fait à la main dans ce petit atelier. Mais les tissus m’ont semblé très beaux, l’accueil très avenant et les différentes photos de chefs d’état habillés de leurs costumes me poussent à leur accorder ma confiance. Le reportage suivant a été réalisé par CNN Turk, et il est assez intéressant même si l’on n’est pas turcophone, ne serait-ce que pour mieux se rendre compte de la taille de leur minuscule atelier

Néanmoins je n’étais pas encore prêt, beaucoup de détails sur la confection de costumes m’échappent encore. En revanche, il est certain que je vais me pencher sur le sujet et ma prochaine visite stambouliote risque d’être encore plus dépensière que celle-ci.

Trois rencontres magnifiques ont rythmé cette journée et j’en garde un excellent souvenir. C’était aussi l’occasion d’emmener ma caméra partout pour partager ces moments avec vous à travers cette nouvelle vidéo Youtube:

 

A bientôt,

 

logo

 

 

 

 

  • Atelier de ceintures: 14A kumbaracı yokuşu, Istanbul – ceinture à 35TRY (11€)
  • Celalettin BENLI: 6B Kallavi sokak, Istanbul – chemise à 300TRY (93€)
  • TERZI: Sahne sokak, Ali Han 1, étage 4, Istanbul – Veste à environ 650TRY (1,8m de tissu) + 1250TRY (main d’oeuvre) soit 1900TRY (590€)

Laisser un commentaire